L’ e-Narcisse

narcisse

Chacun connaît le prénom Narcisse. Il fait référence à un dieu de la mythologie grecque tellement amoureux de son propre reflet qu’il tombe et se noie dans le cours d’eau dans lequel il s’admirait. Les fleurs blanches qui ont été retrouvées là où son corps était sont des narcisses – quoi de plus naturel. De là, on a souvent coutume de nommer Narcisse les individus fiers et prétentieux obsédés par leur propre personne.

Mais il existe une espèce de Narcisse bien particulière : l’e-Narcisse (également appelé le Narcisseek).

L’e-Narcisse peut-être n’importe qui : un ami, un membre de la famille, une vague connaissance ou même un collègue de bureau présent sur les réseaux sociaux. Signe particulier : il aime tout ce qu’il fait. Il like ses propres statuts Facebook, ses propres photos sur Instagram, il peut même s’auto-citer sur Twitter et mettre 5 étoiles aux articles qu’il publie sur son blog.

Cet ego trip des temps modernes est en réalité une dérive de ce qu’on appelle le Personal Branding. Cette pratique très répandue visant à promouvoir ses contenus dans un but personnel ou professionnel, très usitée pour faire connaître ses talents sur la toile, a tôt fait de devenir du Personal Branling. Il n’y a pas de mal à se vendre. Puisque nous sommes tous devenus des marques, il faut bien montrer que le produit est bon. Mais alors, pourquoi la personne éprouve-t-elle le besoin de s’auto-congratuler ? Pourquoi tant d’amour ?

À partir du moment où une personne expose une de ses productions, c’est qu’elle en est satisfaite. Logiquement. Personne n’a jamais posté une photo qu’il trouvait ratée, cela va de soi. Quand on poste une photo, c’est qu’on la trouve réussie. Et aujourd’hui, dans notre course effrénée aux likes, quand on poste une photo, c’est qu’on la trouve réussie et qu’on recherche l’approbation de ses amis. On guette les likes, les commentaires élogieux et les smileys avec des cœurs dans les yeux. On cherche une reconnaissance des autres.

L’e-Narcisse veut-il montrer l’exemple à ses contacts en étant le premier à mettre un like ? Trouve-t-il cela naturel ? Le fait-il automatiquement ? Est-il tellement fier de son œuvre qu’il ne résiste pas à sombrer dans l’auto-complaisance ? Ou alors, l’e-Narcisse a-t-il besoin de se rassurer ? Peut-être qu’il manque cruellement de confiance en lui ? Ainsi, avec ce petit clic en plus, il montre à la face du e-monde qu’il a un égo dur comme du béton alors qu’en réalité, il est dégonflé comme un ballon de baudruche le 1er janvier à 6 heures du matin. C’est l’un des nombreux avantages des réseaux sociaux : l’internaute montre uniquement ce qu’il a envie de montrer et peut même se fabriquer une personnalité totalement différente de la sienne.

Alors, l’e-Narcisse serait-il en réalité un grand complexé qui se soigne sur les réseaux sociaux ? Le mystère reste entier…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s