Tous les chemins mènent à Path

Image
Quand on évoque les réseaux sociaux personnels en France, on remarque que ce sont souvent les trois mêmes noms qui reviennent dans toutes les bouches : Facebook (également appelé le sixième continent), Twitter (le petit oiseau bleu qui séduit de plus en plus de monde) et Instagram (l’application magique qui nous fait croire que nous sommes tous des photographes professionnels en puissance).

Pour se faire un nom dans le haut du tableau, voire même pour voler une des places du trio de tête, les autres réseaux sociaux ont bien du mal. Il y en a qui résistent, qui prouvent qu’ils existent (Foursquare, Tumblr, Pinterest) et il y a ceux qui échouent carrément (Google Waves, Google +). Finalement, un réseau social c’est comme un jeune chanteur qui débute : il n’aspire qu’à devenir populaire et à toucher des millions de gens. Mais dans les deux cas, c’est une mission bien ardue car le marché est déjà saturé.

Dans cet univers impitoyable à côté duquel Dallas c’est La Petite Maison dans la Prairie, il y a quand même un petit nouveau qui a pointé le bout de son URL et qui a retenu mon attention. Et pas que la mienne puisque nous sommes plus de dix millions d’utilisateurs aujourd’hui.

Lancé en novembre 2010, Path n’est arrivé sur mon écran d’iPhone qu’en mars 2013. Mieux vaut tard que jamais, dit le dicton. Le premier contact n’a pas été très concluant : Path est rouge, comme Pinterest et comme Google + donc il n’innove pas côté couleur. Path est relou à prononcer quand on n’est pas anglophone (soit on dit Pat, soit on dit Pass, soit on dit Paf, soit on dit Mais si tu sais, ça veut dire chemin en anglais !). Path se revendique comme le Réseau Social Personnel, ce qui frise quand même l’oxymore. Path existe dans nos ordinateurs mais il faut télécharger l’application pour pouvoir l’utiliser. Sinon on ne peut rien en faire. Pas de bras, pas de chocolat. Path n’est pas vraiment intuitif.

J’ai joué avec quelques minutes, j’y ai retrouvé ma soeur et trois amis Facebook, je les ai ajoutés, j’ai mis une photo de profil et une autre de couverture (comme c’est original), j’ai connecté mon compte aux autres réseaux sociaux et comme il ne se passait rien, j’ai supprimé l’application de mon iPhone.

Un jour, j’y suis retournée, un peu par désœuvrement, un peu par curiosité. Il y avait un peu plus d’activité et un peu plus d’amis. J’ai été attirée par une fonctionnalité toute bête : celle qui permet d’indiquer à quelle heure on se couche et à quelle heure on se réveille. Cette fonctionnalité indique combien de temps on a dormi, dans quelle ville on se trouve et quel temps il y fait. Avec en plus un petit commentaire type Je suis bien reposé ou J’ai fait une sacrée grasse mat’. Là, c’était carrément plus convivial. Je me suis un peu plus penchée sur le reste, décidant de donner une seconde chance au produit.

En fait, Path est un réseau qui propose trois manières de s’exprimer :

– discuter tranquillement, grâce à une messagerie interne privée qui permet des discussions à deux ou plusieurs. Soit on tape du texte, soit on se parle par messages audio, soit on échange des photos, soit on partage sa localisation, soit on s’envoie des autocollants kawaii (préalablement achetés dans l’e-boutique). Et, naturellement, on voit quand la personne a lu le message. Il ne manque plus qu’une option vidéo mais bon, pour ça on a FaceTime et Skype, non ?

– publier des contenus par genres : on peut poster une photo (et lui appliquer un filtre), écrire un statut ou coller un lien vers un site Internet, partager sa localisation, choisir dans une liste de films, de musiques et de livres l’oeuvre qui nous est chère en ce moment et dire qu’on va se coucher ou qu’on se réveille. Une palette de spécificités plutôt variées.

– publier d’un coup sur plusieurs réseaux : Path offre la possibilité de publier l’item de son choix (photo, texte, lien, géolocalisation, chanson, film, lecture) sur cinq réseaux en même temps : Path (bien sûr), Facebook, Twitter, Tumblr et Foursquare. On choisit où l’on veut que l’information apparaisse grâce à cette fonctionnalité de publication tout-en-un. Bonus : on peut indiquer avec qui l’on se trouve (si tant est que la personne soit sur Path, bien entendu).

Ce dernier aspect me semble absolument prodigieux puisqu’il rassemble en un seul endroit toutes les spécificités qu’on aime dans chaque réseau social. On peut d’un coup d’un seul publier une photo en la retouchant, en indiquant où elle a été prise, qui est dessus, mettre un commentaire et envoyer instantanément toutes ces informations sur les réseaux sociaux de notre choix. En un clic, tout est mis à jour. Centralisation, efficacité et optimisation, Path a tout bon.

Que dire de plus ? Path indique à quelle heure on a posté un contenu, il nous dit qui est venu visiter notre profil, il nous permet de nous exprimer par rapport aux publications de nos amis (on a le choix entre un smiley, un coeur et/ou un commentaire), il nous envoie des notifications si on le lui demande. Mais Path ne nous permet pas de faire d’album photos, Path n’a pas encore cédé à la tentation du hashtag, Path est encore un peu inconnu, Path a une drôle d’allure quand on met son iPhone ou son iPad en mode paysage et Path aurait besoin d’une French Touch dans sa liste de films et de bouquins.

Finalement, Path est bel et bien un réseau social privé qui se présente comme un journal avec les événements de notre vie (A Path of your life disent-ils dans la FAQ) et qui prône le contrôle par l’utilisateur de ses informations. Path n’est pas synonyme de grand déballage. D’ailleurs, on ne peut pas avoir plus de cinquante amis. Au moins, on est prévenu : sur Path, on n’ajoute pas le premier venu. Pour moi, il a tout d’un grand et il mérite de figurer dans le haut du tableau de classement des réseaux sociaux.

Et vous, vous êtes sur Path ? Qu’en pensez-vous ?

Facebook, la nouvelle pierre tombale

Image

Ma cousine a récemment perdu un ami. Ou plutôt, l’ami d’un ami. Il faut dire qu’aujourd’hui, le terme ami recouvre plusieurs réalités. Mais nous en parlerons une autre fois.

Au-delà des considérations purement émotionnelles que cet événement a engendrées, c’est un élément virtuel qui a retenu mon attention : le journal Facebook dudit ami était rempli de messages de condoléances alors même que l’enterrement n’avait pas eu lieu. Toutes ces publications étaient étalées comme ça, sans aucune pudeur.

Cerise sur le gâteau, c’est de cette manière peu élégante que certaines personnes ont eu vent du décès !

Dans cette histoire, Facebook a joué un double rôle : celui de faire-part de décès et celui de pierre tombale en ligne où chacun a pu adresser un dernier mot à celui qui venait de quitter le monde réel – mais pas le monde virtuel.

Cette affaire soulève un autre questionnement : quand une personne meurt, on se demande ce qu’on va faire de son appartement, de ses biens… Aujourd’hui, il faut désormais aussi se demander ce que l’on fait de son compte Facebook.

Faut-il le supprimer, auquel cas il faudrait indiquer son mot de passe sur son testament en mentionnant expressément cette dernière volonté ? Faut-il laisser la famille ou le conjoint administrer le compte et recueillir les messages ? Faut-il le léguer ? Autant de questions auxquelles le principal intéressé ne peut malheureusement plus répondre.

Qui sait, peut-être que ce sujet sera un jour abordé par votre assureur quand vous lui parlerez de votre convention obsèques ?

L’effet lasagne

lasagnes
L’affaire de la viande de cheval retrouvée dans les lasagnes Findus est révélatrice du mal de notre époque : la surenchère immédiate et continue.

Alors même que le scandale venait à peine d’éclater, toute la Twittosphère – soumise à l’implacable dictature du LOL – rivalisait de jeux de mots, calembours et autres traits d’esprit plus ou moins fins pour discuter de cette incroyable découverte.

140 caractères, des dessins, des affiches de films détournées, des articles, des Tumblr… à peine quelques heures après l’annonce ! Le tout a été ensuite relayé via les media grand public et tout le monde a ainsi pu y aller de son petit commentaire ou de sa petite contribution personnelle.

L’avantage des réseaux sociaux est qu’ils permettent à chacun de s’exprimer. Certes. Mais il arrive un moment où trop d’expression tue l’expression.

Dans l’affaire des lasagnes, nous avons tous souri en lisant des phrases bien senties au début. Mais après les avoir vues et revues plusieurs fois, nous étions au bord de l’overdose ! A trop vouloir se faire entendre et trouver le bon mot, cette histoire de lasagnes est devenue indigeste.

Et on constate qu’il en va de même pour toutes les grandes nouvelles que nous apprenons dans l’actualité : un nouveau Pape, une affaire de dopage, la démission d’un ministre. Blogueurs, twittos, facebookers, anonymes ou célébrités, chacun rajoute une couche à un plat déjà chargé.

L’effet lasagne, très semblable au phénomène de l’infobésité n’a pas fini de nourrir la toile… et de nous gaver.